L’Objet du Salut

LA CREATION DE L’UNIVERS

L’une des doctrines les plus caractéristiques de la religion révélée, c’est celle de la création. Cette doctrine met en lumière la grandeur et la puissance de Dieu, la petitesse et l’état de dépendance de l’homme, et elle jette les fondements de la doctrine de la rédemption.

 » Au problème de l’origine du monde, la métaphysique chrétienne a répondu par une solution originale, la création ex nihilo, qui exclut à la fois le dualisme et le panthéisme.

 » Contre les partisans du panthéisme, elle affirme que le monde n’est pas la collection des modalités de Dieu, ni un développement, ou un écoulement, ou une détermination de la substance divine, mais un système d’individus ayant chacun sa part de substantialité et d’énergie propres.

 » Contre les partisans du dualisme, elle affirme d’autre part que l’Etre absolu ne trouve pas en face de lui une matière coéternelle à laquelle il ne fait qu’appliquer son action, qu’il modifie et ordonne diversement.

 » Elle enseigne positivement que Dieu a fait le monde de rien, c’est à dire qu’il a tiré toutes choses du néant par un seul acte de sa volonté ; que l’univers dépend de lui dans le fond.de son être comme dans sa forme et ses déterminations diverses ; qu’il n’est pa s seulement l’architecte et l’organisateur du monde, mais l’auteur et le père de la substance même des choses.

 » Cette explication de l’origine et de la formation du monde appartient en propre à la doctrine chrétienne. Elle respecte et réconcilie deux grands principes : le principe de l’infinité et de l’indépendance absolues de Dieu, compromis et altéré par la solution dualiste ; et le principe de la réalité substantielle des choses, méconnu par la solution panthéiste.  » (B. Aubé.)

L’Auteur de la création
HÉBREUX 1 : 2

 » Par les siècles, il faut entendre les choses qui ont commencé et qui continuent d’être, les choses dont l’existence se compose de moments successifs.  » (Maunoury.)

 » Les siècles, c’est à dire tout ce qui, ayant eu un commencement, possède une existence dont la durée se compte en jours, mois et années.  » (Burnier.)

C’est Dieu qui a fait les siècles, ou les mondes. Il domine la création de toute la hauteur de sa divinité. La seule nécessité de l’existence de l’univers est une nécessité morale

Dieu a besoin d’un objet sur lequel déverser le trop plein de son coeur. A part cela, Dieu peut se passer de l’univers ; l’univers ne saurait se passer de lui.

 » L’amour est la seule raison qu’on puisse découvrir pour expliquer l’acte de la création : Dieu a créé pour avoir un objet à aimer.  » (R. Saillens.)

 » Dieu n’avait pas besoin du monde : il l’a créé par un pur effet de sa bonté. Il a voulu communiquer ses perfections et sa fidélité à d’autres êtres (Ps. 136 : 5). En se communiquant, les perfections de Dieu se manifestent, et cela même est la gloire de Dieu. Aussi peut on dire également que Dieu a fait le monde pour sa gloire (Rom. 11 : 36).  » (36 C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles! Amen! )
(Charles Edouard Bahut.)

L’Auteur de la création

HÉBREUX 1 : 2

 » Par les siècles, il faut entendre les choses qui ont commencé et qui continuent d’être, les choses dont l’existence se compose de moments successifs.  » (Maunoury.)

 » Les siècles, c’est à dire tout ce qui, ayant eu un commencement, possède une existence dont la durée se compte en jours, mois et années.  » (Burnier.)

C’est Dieu qui a fait les siècles, ou les mondes. Il domine la création de toute la hauteur de sa divinité. La seule nécessité de l’existence de l’univers est une nécessité morale

Dieu a besoin d’un objet sur lequel déverser le trop plein de son coeur. A part cela, Dieu peut se passer de l’univers ; l’univers ne saurait se passer de lui.

 » L’amour est la seule raison qu’on puisse découvrir pour expliquer l’acte de la création : Dieu a créé pour avoir un objet à aimer.  » (R. Saillens.)

 » Dieu n’avait pas besoin du monde : il l’a créé par un pur effet de sa bonté. Il a voulu communiquer ses perfections et sa fidélité à d’autres êtres (Ps. 136 : 5). En se communiquant, les perfections de Dieu se manifestent, et cela même est la gloire de Dieu. Aussi peut on dire également que Dieu a fait le monde pour sa gloire (Rom. 11 : 36).  » (36 C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles! Amen! )

(Charles Edouard Bahut.)

La création, objet de la foi
HÉBREUX 11 : 3

 » C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. »

La création est moins un objet de science que de foi. A mesure que la foi a diminué au sein de l’humanité primitive, le souvenir de la création s’est affaibli et la doctrine révélée a été remplacée par de grossières erreurs (éternité de la matière, émanation, etc.). Aujourd’hui encore, dés que la foi disparaît, la science humaine entre en délire et se perd dans les plus folles imaginations. L’évolutionnisme athée en est un exemple frappant. ‘

Nature de l’acte créateur
HÉBREUX 11 : 3

 » C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. »

Le mot hébreu dont se servent les auteurs de l’Ancien Testament pour désigner l’acte créateur signifie tailler.
Le mot grec correspondant dans le Nouveau Testament a le sens de fonder.

Ces deux images ne doivent pas nous induire en erreur. Contrairement aux religions paiennes, qui souvent ne voient en Dieu qu’un démiurge façonnant une matière préexistante, la Bible conçoit Dieu comme créant l’univers de rien. Le Dieu des Ecritures n’est pas un simple architecte qui aurait construit les mondes avec des matériaux déjà existants. Il convient plutôt de le comparer à un poète qui aurait pensé l’univers et par sa parole aurait donné une existence concrète au produit de son génie. Par cette parole Dieu a rempli le vide ; il a appelé à l’existence des choses qui auparavant n’existaient pas en réalité, mais seulement à l’état d’idées, ou de virtualités.

 » Pour former le monde, Dieu n’a rien emprunté à une matière préexistante. Toutes choses, au contraire, les matérielles et les spirituelles, se levèrent devant le Seigneur Jéhovah à la voix de son commandement ; elles furent créées selon son propre dessein.  » (E: G. White.)

L’époque de la création
GENÈSE 1 : 1

 » Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.  »

 » Cette parole majestueuse se dresse à l’entrée de la Bible comme un rocher de granit. C’est la porte qui mène de l’insondable éternité à la période terrestre que nous appelons le temps. Alors ce qui n’avait pas encore été, fut une création.  » (F. Bettex.)

La date de la création est tout à fait indéterminée. La Genèse nous dit que Dieu (Elohim) créa les cieux et la terre au commencement. Elle ne dit rien de la durée de l’intervalle qui a pu séparer cette création primordiale de la semaine pendant laquelle Dieu a façonné et organisé l’univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *